02 mars 2008

Les déplacements urbains:

_________________________________________________________

Ot232Les déplacements urbains et interurbains :

L'organisation des déplacements urbains est un facteur essentiel de la qualité de la vie et de l'équilibre social et territorial.

Depuis des décennies, les politiques de l’État et des collectivités locales ont conduit à favoriser les déplacements automobiles. Cette situation a abouti à une impasse. La hausse constante de l’offre de voirie et de stationnement a engendré une hausse équivalente du trafic, sans résoudre les problèmes de congestion. En outre, l’insécurité routière, le bruit et la pollution apparaissent de plus en plus comme des nuisances inacceptables.

Les transports sont à l’origine de nuisances croissantes en termes de bruit, de pollution locale et de contribution à l’effet de serre, avec des effets dramatiques sur la santé et sur l’environnement. Malgré une amélioration récente, l’insécurité routière est encore à l'origine de plus de 5 000 morts et 100 000 blessés par an.

Pour toutes ces raisons, il est indispensable de réfléchir aux transports de façon globale.

L’étude du Plan de Déplacements Urbains PDU, faite à Clermont et révisée plusieurs fois depuis 1997, qui tient compte de tous ces enjeux est incontournable.

Le fait que la Mairie et en particulier le Maire, n’en n’ait tenu aucun compte est inacceptable.

  1. équilibrer les différents modes de déplacement :

Il faut équilibrer les différents modes de déplacement urbain en prenant en compte la marche, le vélo , les transports en commun, la circulation des voitures, des 2 roues, et leurs stationnement, et améliorer notre cadre de vie en réduisant  les nuisances.

Le piéton est trop souvent oublié lors des aménagements urbains.

Or, la marche représente près de 30% des déplacements. En outre, les usagers des autres modes de déplacement,  commencent et finissent leurs déplacements à pied, notamment les automobilistes entre leur lieu de stationnement et leur destination finale.

Il faut assurer la sécurité des piétons, en particulier les plus vulnérables (enfants, personnes à mobilité réduite), et la continuité de leurs itinéraires. Ses interventions peuvent porter sur tous les volets d’une politique piétonne, notamment :

Le schéma directeur piétonnier,

L’aménagement et la sécurisation d'un itinéraire, d’une rue, d'un carrefour,

La création ou l’extension d’une zone piétonne,

La lutte contre le stationnement sur trottoir.

Afin d’optimiser la chaîne de transport et de répondre aux besoins des usagers, les autorités organisatrices et les opérateurs de transport doivent développer l’intermodalité, notamment à travers les pôles d’échanges.

  1. Prendre en compte les personnes à mobilité réduite (PMR) :

Elles représentent près de 30 % de population française : personnes en fauteuil, malvoyants, adultes avec enfants en poussette…

La nouvelle loi sur le handicap renforce les réglementations existantes, obligeant les pouvoirs publics à garantir l’accès des personnes handicapées aux espaces publics et aux systèmes de transport.

L’accès à la mobilité est une condition indispensable de l’accès à la vie sociale.

Afin d’offrir aux PMR un véritable accès à la mobilité, il faut élaborer des mesures complètes, portant sur : les transports collectifs et les pôles d’échanges intermodaux, les trottoirs et les traversées et le stationnement automobile.

3.       Les transports publics urbains et interurbains :

Ce sont des éléments essentiels de la politique de la ville et de l’aménagement du territoire.

Il faut étudier l’élaboration d’un schéma régional ou d’un schéma départemental des transports, la restructuration du réseau de transports urbains, la restructuration d’une ligne routière et ferroviaire, les transports à la demande, les centrales de mobilité et les transports aériens.

  1. L’intermodalité :

intermodalité entre transports collectifs : bus / Tram, bus / train, Tram /train, car/ train…

intermodalité entre les transports collectifs et les autres modes (voiture, vélo, marche).

L’ensemble de la problématique concerne : les pôles d’échanges, parkings relais, organisation de l’offre de transports collectifs, l’aménagement de l’espace public, la tarification et l’information.

En complément, l’intermodalité ne devant pas constituer une fin en soi, il faut étudier de façon concrète l’optimisation de l’offre de transports collectifs, afin de limiter le besoin de correspondances.

  1. Les centrales de mobilité :

Elles offrent des services diversifiés, destinés à répondre à l’ensemble des besoins de transport. Elles articulent leur offre autour de plusieurs services tels que : l’information sur l’offre de transport, le prêt ou la location de véhicules (vélos, mobylettes, scooters ou voitures), le covoiturage.

  1. Le chemin de fer :

La ligne Clermont-Paris doit être  accélérée par une diminution de nombre de passages à niveau, et dans le même temps il faut construire une ligne TGV Paris-Clermont-Lyon ou Marseille.

7.       L’Aéroport :

L’aéroport est un mode de transport primordial qui doit être développé, si Clermont à pour objectif de devenir une Métropole  Régionale, c’est  aussi un outil indispensable au développement de l’activité économique.

___________________________________________________________________________________________

Posté par avioniques à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Les déplacements urbains:

Nouveau commentaire